Body Art

piercings sarcelles, tatouages sarcelles, tattoos 95, tattoo sarcelles, salon tatouages sarcelles, tatoueur sarcelles, tatoos, bodyart sarcelles, piercing sarcelles, body piercing sarcelles, salon de tatouage 95

Les inscriptions de tatouage sur la peau et les inscriptions incisées en argile fournissent la preuve que les humains ont depuis longtemps pratiqué le bodyart. Les comptes écrits de premiers explorateurs européens certifient également de la nature raffinée et répandue de tattoo dans diverses régions du monde, fournissant une preuve irréfutable que l'art corporel est encré dans les traditions depuis des millénaires.

Ötzi : l'homme de glace
Cet humain figé a été trouvé dans les Alpes autrichiennes il y a à 5.300 ans. C'est le plus vieux tatoué connu. Il a 57 tattoos, dont certains semblent être pour le traitement de l'arthrite au niveau des articulations comme les chevilles, les genoux et le bas du dos.

Les femmes de Pazyryk
Ces femmes ont été trouvées dans les hautes montagnes de l'Altaï, en Sibérie, et elles ont vécu il y a environ 2400 ans. Leurs tattoos représentent des animaux et d'autres créatures. On peut supposer que les griffons et les monstres ont une signification magique, mais les autres éléments semblent être purement décoratifs.

La femme d'Amunet (dynastie XI, Égypte, il y a 4040 ans)
Cette femme a été trouvée chez Thèbes. Amunet était une prêtresse de Hathor (la déesse égyptienne de l'amour). Tous les tatouages retrouvés jusqu'ici en Égypte étaient portés par des femmes. On pense que les tattoos avaient un rapport avec la fertilité, puisqu'ils étaient tous encrés sur le bas du ventre.

Pacifique tattoo
La preuve la plus ancienne du tatouage dans le Pacifique apparaît sous la forme d'une poterie vieille de 3000 ans. "Le visage de Lapita" montre des inscriptions dentelées sur le nez, les joues et le front, suggestif de la technique de l'application du tattoo.

Tatouage au pays du soleil levant
La preuve la plus ancienne du bodyart japonais provient des figurines appelées "dogu". La plupart d'entre elles datent de 3000 ans, et des inscriptions semblables ont été trouvé sur les femmes de l'ainu (peuple autochtone du Japon).

Tatouage en Grèce et en Rome antiques

Les grecs ont été instruits au tattoo par les Persans. Le tatouage est d'ailleurs mentionné dans les écrits de Platon, Aristophanes, Jules César et Herodotus. Des tattoos servaient généralement à marquer les esclaves et à punir les criminels. Au 4ème siècle, le premier empereur chrétien de Rome interdit le marquage facial des esclaves et des prisonniers. En 787, le pape Hadrian interdit toutes formes de tattoo.

Tatouage en Amérique centrale et en Amérique du Sud

Au Pérou, les tattoos Incas remontent au 11ème siècle. Au Mexique et en Amérique Centrale, les contes espagnols du 16ème siècle parlent de tattoos mayas, encrés en signe de courage.

Tatouage en Amérique du Nord
En Amérique du Nord, les contes écrits par les jésuite témoignent de la pratique répandue de tattoo chez les Américains indigènes, comme les "chickasaw", dont les guerriers les plus valeureux étaient bardés d'ornements corporels. Chez les iroquois d'Ontario, les tattoos se veulent raffinés et reflètent un rang élevé. En Amérique du nord-ouest, le mentons des femmes Inuit était tatoué pour indiquer leur état civil et l'identité de groupe.

Le tatouage made in France

Au 18ème siècle, beaucoup de marins français reviennent de leurs voyages dans le Pacifique du sud avec des tattoos, mais en 1861, le chirurgien naval français Maurice Berchon fait paraître une étude sur les complications médicales du tatouage... Un document qui verra la marine et l'armée interdire le tattoo dans ses rangs.

God save the bodyart
En Angleterre, le tattoo s'épanoui au 19ème siècle et devient une sorte de tradition dans la marine britannique. En 1862, le prince du Pays de Gales se fait faire son tout premier tattoo (une croix de Jérusalem), de retour d'un voyage en terre sainte. En 1882, ses fils, le duc de Clarence et le duc d'York arboraient des tatouages réalisés par le tatoueur japonais Hori Chiyo.